129 avenue de Capeyron - 33160 Saint Médard en Jalles - Tel: 05 56 45 75 75 - Email : contactagence@desirs2reves.com

Rome

Découverte de Rome

La ville conserve des vestiges de son histoire, de l’Antiquité en passant par la Renaissance à nos jours. Soit plus de vingt-huit siècles présents dans la cité. Les temples antiques, les amphithéâtres sont des témoins encore intacts et intégrés à l’urbanisme. Se côtoient à Rome les premières églises de la chrétienté, des édifices plus ou moins fastueux, des palais, des fontaines… des ruelles aux accents médiévaux. Rome est une capitale chamarré de tous les styles et courants artistiques.

Rome est une sorte de musée à ciel ouvert car elle n’a subi aucun bouleversement du à l’industrialisation et au modernisme.
Au delà du fabuleux trésor historique et artistique qu’offre la ville, la gastronomie locale est aussi un joyau de l’Italie.

Rome vous séduira par sa légendaire Dolce Vita.

Histoire

La fondation

Selon la légende, Rome fut fondée en 753 avant J.-C par Romulus. Remus et Romulus, deux frères jumeaux, furent abandonnés puis trouvés et allaités par une louve. Le Berger Faustulus recueille les deux frères. Les jumeaux décidèrent de fonder une ville. Romulus traça le sillon qui marquait l’enceinte de la vile, sur le mont Palatin. Son frère Remus se moqua est franchi le fossé. Romulus tua son frère et devint le seul maître de la cité.
La réalité est toute autre. Ce sont les Etrusques qui ont unifié les habitants du Latium et érigé le premier mur d’enceinte vers le VIIIe siècle av. J.-C.

La République romaine puis l’Empire romain.

La république de Rome reposait sur le principe d’équilibre entre les pouvoirs. Ces derniers se partagent entre les classes politiques : sénateurs, magistrats et peuple. La République romaine propage son modèle à toute l’Italie. Puis à la Macédoine, l’Asie Mineure, l’Afrique du Nord et l’Espagne. La cité de Carthage s’oppose à la grande Rome ce qui déclenche la seconde guerre punique. Hannibal, grand général carthaginois, après avoir franchi l’Espagne, les Pyrénées, le sud de la Gaule et les Alpes à la tête de sa puissante armée accumule les victoires contre les Romains. Hannibal commet l’erreur de s’attarder à Capoue, petite citée entre Rome et Naples. Son armée et lui-même succombent aux délices de la ville. Scipion et son armée africaine prête main forte à Rome. Après une furieuse bataille, Hannibal est battu par Scipion en l’an 202 av. J.-C. Rome rayonne alors sur tout le Bassin méditerranéen.

Outre l’aura militaire de Rome, la cité présente au IIe siècle av. J.-C., une dimension différente pour l’époque avec la reconnaissance du divorce, la disposition des biens par les femmes. Suite à une grave crise, la République chute. De graves révoltes réprimées dans le sang signent le premier triumvirat des trois consuls : Crassus, Pompée et César. Ce dernier, après la mort de Crassus, marche sur Rome et se nomme dictateur à vie en 44 av. J.-C..
Toutes les terres qui bordent la Méditerranée font parties pour la première fois d’un même ensemble politique. Le Sénat décerne le titre d’Augustus à Octave. Avec lui les frontières de l’Empire sont repoussées, la littérature triomphe avec Virgile, Ovide, Tite-live notamment, ainsi que les arts et l’architecture.
L’Empire connaît son apogée avec les empereurs Nerva, Trajan, Hadrien et Marc Aurèle, c’est à dire entre la fin du Ier siècle et la fin du IIème siècle. Mais avec Marc Aurèle, l’Empire connaît des instabilités à ses frontières.

L’ère chrétienne

Au IV ème siècle, avec l’empereur Constantin, premier empereur chrétien, c’est le début du christianisme. Rome n’est plus la résidence principale de l’empereur mais Constantinople. Néanmoins, Rome voit s’élever des basiliques chrétiennes, à sa périphérie. L’Eglise va prendre peu à peu le pouvoir à Rome, puis sur tout l’Empire. Avant d’être à Rome, le siège de l’église catholique est à Avignon jusqu’en 1427.

La Renaissance

La Renaissance désigne la période du XV ème – XVI ème où l’art dans son ensemble se développe en rupture avec le Moyen-âge, sous l’impulsion du mouvement intellectuel qu’est l’Humanisme. Néanmoins, d’un point de vue économique, Rome n’est pas aussi brillante que son aura intellectuelle.
Sous le règne de Charles VIII, la France envahit militairement l’Italie. Puis après d’autres péripéties, l’Italie connaît une certaine tranquillité jusqu’à la Révolution Française. Un régime républicain se met alors en place. A la fin du XVIII ème siècle, Napoléon Bonaparte et son armée bafouent l’autorité des papes en envahissant et pillant la ville. Les Italiens se révolteront rendant indissociable le destin de Rome à celui de toute l’Italie.

Avec l’aide de la France, Garibaldi chasse les Autrichiens hors d’Italie. L’Italie est enfin unifiée à la fin du XIX ème siècle.

Le vingtième siècle

Lorsque Rome devient capitale de la nouvelle Italie, la question du siège de l’Eglise pose problème. En 1929, sous l’impulsion de Benito Mussolini, les accords du Latran reconnaissent l’idée d’une Église libre dans un État libre. Sont alors accordés au pape (personnage sacré) la somme annuelle de 3 225 000 lires, les propriétés du Vatican et la villa de Castel Gandolfo. Est accordé au Vatican une force de sécurité : les gardes suisses.
Après la Seconde Guerre mondiale, l’Italie était dans une situation dramatique. Redevenue république grâce au référendum de juin 1946, l’Italie connaît une vie politique particulièrement agitée. Aujourd’hui, Rome est une capitale européenne florissante dont la part de son passé fait d’elle une destination touristique de premier ordre et avec la présence du pape, un lieu de culte, de pèlerinage et de grands rassemblements.

Gastronomie

Rome est réputée pour ses nombreuses spécialités culinaires. La cuisine y est simple et savoureuse. Il y a beaucoup de spécialités à base de pâtes, de viandes blanches, de poissons et de légumes. La cuisine romaine respecte la tradition culinaire qui impose par exemple le jeudi les gnocchis, le vendredi la morue et le samedi des tripes.
La plupart des plats sont cuisinés à base de plantes aromatiques, ail, oignon, sauge, persil, romarin, menthe romaine.
Les spécialités à découvrir et déguster à Rome sont par exemple les hors d’œuvre (antipasti) comme les bruschetta, crostini, suppli di riso (boulettes de riz à la provatura, sorte de mozzarella).
Puis les premiers plats sont des pâtes ou des soupes.
Les seconds plats sont par préparés à base d’agneau pour l’abbacchio al forno. Il existe une multitude de spécialités romaines, mais la saltimbocca alla romana est à découvrir absolument. Il s’agit d’une escalope de veau farcie. A Rome, il y a d’autres plats à base de poissons comme la morue. L’ensemble de ces plats sont accompagnés de légumes.
Pour les desserts, à Rome on déguste des sucreries. Vous trouverez des beignets, des flans, et bien-sûr le fameux tiramisu.
Rome et sa région le Latium sont méconnues pour ses fromages. Il y a le pecorino romano, la ricotta, la caciotta.

Enfin le café ! L’Italie et Rome surtout sont le royaume du café. On commande rarement un simple café ! soit un ristretto (café serré), soit un lungo (café allongé), ou machiatto (avec une goutte de lait) et enfin un cappuccino (espresso servi avec une mousse de lait et saupoudré de cacao).

Le vin

Le Latium est une région productrice d’un vin blanc fruité. Le Latium produit un digestif anisé que l’on boit frais ou pour « améliorer » son café, il s’agit de la sambuca.

Art et Culture

Coutumes
Le Romain est un personnage plutôt exubérant, parlant avec les mains. Dans la capitale, on se lève tôt. Les pauses cappuccino avec un cornetto (croissant), dans un bar, sont légions. La plupart des fonctionnaires terminent leur journée de travail vers 13h30. Beaucoup d’entre occupent un autre emploi. Mais, entre les deux, c’est l’heure de la traditionnelle pennichella (sieste). Ainsi, les magasins, administrations sont fermés. Les activités reprennent l’après-midi vers 15h30 ou 16h00. Un dicton dit : « pendant la sieste, seuls les chiens et les Français se promènent. »
Dans les églises, il est recommandé de porter une tenue correcte. Evitez le short, les robes trop courtes.

Les Arts
Rome est, depuis ses origines, un centre de création artistique pour l’architecture, la peinture, la mosaïque, la sculpture, la musique, la littérature. Cette effervescence créatrice a marqué la vie artistique dans le monde.

Fêtes et festivals
La ville est rythmée par les fêtes catholiques comme la semaine sainte. Le 21 avril est la fête célébrant la fondation de la cité, c’est la Natale di Roma. La ville regorge d’évènements culturels, concerts, festivals. Par exemple, la Festa de Noantri se déroule entre le 20 et le 28 juillet. Cette fête propose des spectacles de rues, des stands de gastronomie et d’artisanat.

Les musées

Les musées Capitolins
Ils sont situés sur la colline du Capitole.
www.museicapitolini.org

Le musée du Palais des Conservateurs
C’est un palais qui abrite un des plus anciens musée du monde. Le musée possède une collection de sculptures antiques. Dans ce musée, il y a aussi une pinacothèque. Cette dernière se compose d’ouvres majistrales comme le baptême du Christ du Titien, Saint Sébastien de Guido Reni, Saint Jean-Baptiste du Caravage, etc. …

Le musée du Palais Neuf
Ce musée est consacré essentiellement aux sculpteures antiques comme l’Amazone blessée, un Faune en marbre rouge, une Vénus dévêtue.
Le palais Altemps
Ce musée a rouvert après une longue restauration de près une décennie. Il s’agit de la collection Mattei de la villa Celimontana et de la collection Boncompagni Ludovisi. Dans ce musée, vous pouvez y voir exposer les œuvres de la Rome antique et de la Renaissance. Par exemple un Dionysos, sous les traits d’un beau Satyre sculpté dans un marbre bleuté, ou un Hermès Loghios ainsi que le singulier Taureau Api.

Galerie nationale d’Arti Antique du palais Barberini
Ce palais est un édifice de style baroque construit successivement par Maderno, Le Bernin et Borromini. Il s’agit d’un des plus importants musées de Rome dont la collection est exceptionnelle avec des peintures médiévales, des œuvres de la Renaissance. Ce musée propose une collection consacrée à l’art de vivre de l’aristocratie au XVIIIe siècle.

Les musées de la villa Borghèse
La villa Borghèse est un jardin à l’italienne composée de trois musées : www.galleriaborghese.it/borghese/it/default.htm.

Le musée de la Villa Giulia
Ce musée, consacré à l’art étrusque, propose une reconstitution d’un temple étrusque.

La galerie nationale d’Art Moderne et Contemporain
Ce musée couvre la période du XIXe siècle au XXe siècle. Ainsi y sont conservées des œuvres de Courbet Degas ou Monet, ou encore de Klimt, Modigliani, Mondrian, Dada, etc. …

La galerie Borghèse
Y sont conservées les œuvres les plus importantes de la villa Borghèse. Il s’agit notamment de la collection établie sur 25 ans par le cardinal Scipion. Il ouvre sa villa à la création en prenant sous son aile les artistes comme Le Bernin, le Caravage, Rubens, Guido Reni ou encore le Dominiquin. Sa villa devient alors une incontestable école. Vous pouvez y admirer des œuvres majeurs de l’Histoire de l’Art européen comme La Vierge à l’Enfant du Pérugin, La Madone à l’Enfant avec saint Jean et des anges de Botticelli, Danae du Corrège, Prophète et ange de Carrache, Portrait de Mercurio Bua de Lorenzo Lotto, la Prédication de saint Jean Baptiste de Véronèse. D’autres œuvres importantes sont exposées comme Portrait d’homme, la Femme à la Licorne et la fascinante Déposition. On y découvre aussi la Pietà de Rubens et enfin l’Amour sacré et l’Amour profane de Titien.
Dans la villa, sont également conservées des œuvres du Bernin comme Apollon et Daphné (sculpture ayant pour source d’inspiration Les métamorphoses d’Ovide) et le Rapt de Proserpine.

Religion

Les habitants de Rome sont pour la plupart catholiques mais peu pratiquant. Néanmoins, les jours de fête, les églises ne désemplissent jamais. Grâce au Jubilé de l’an 2000 Rome a bénéficié « d’un grand nettoyage », de la rénovation de ses infrastructures à la restauration de certains musées et sites culturels. On compte à Rome environ 100 000 pèlerins au Colisée « illuminé pour le chemin de croix le soir du Vendredi saint », 200 000 aux abords de la basilique Saint-Pierre le dimanche pascal, pour écouter l’homélie du pape : « Urbi et orbi… ». Les Romains suivent avec un certain intérêt les faits et gestes du Vatican.

CARTE D’IDENTITE
Superficie de la commune : 1 500 km²
Statut : Rome est la capitale de l’Italie. C’est également la capitale de la région du Latium et le chef-lieu de la province de Rome. Il s’agit de la plus grande ville d’Italie par sa superficie et sa population
Population : 2 705 000 hab.
Maire : Gianni Alemanno (depuis avril 2008)
Nombre d’arrondissements : 19. Sans omettre l’État autonome du Vatican, siège du pape catholique, est enclavé dans la ville
Langue : italien
Fleuve : Tibre
Nombre de fontaines : environ 300
Nombre d’églises : environ 400
Les 7 collines : Capitole, Palatin, Aventin, Quirinal, Viminal, Esquilin, Celius.
Décalage horaire : GMT/UTC + 1h (+ 2h en été)
Poids et mesures : système métrique
Electricité : 220 V, 50 Hz
Indicatif téléphonique : + 39

Visa

Pour venir à Rome, il n’y a pas de particularité puisque l’Italie fait partie de l’Union Européenne et de l’espace Schengen.
En outre, il est nécessaire pour les ressortissants de l’Union Européenne, pour un séjour de moins de 3 mois, d’être muni d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité.
Pour une voiture, il faut avoir son permis de conduire, la carte grise du véhicule et la carte verte d’assurance.

Sécurité

Rome est une ville assez sûre même si vol à la tire est courant.
Vol
Rendez vous au poste de police le plus proche en cas de vol. Pour les vols ou perte de papiers, adressez vous à l’antenne du consulat français.
Achats dans la rue : autour des sites touristiques, sont présents des vendeurs à la sauvette. L’achat de contrefaçons est interdit.

Santé

Pas de précautions particulières.

Transports

Il existe deux bus ayant des circuits dans la ville et auprès des sites plus excentrés. La durée moyenne des circuits varie entre une et deux heures. Vous pouvez prendre vos renseignements auprès des sites Internet : www.trambus.com et www.trambusopen.com

Transports en commun

Billets
Le billet hebdomadaire (carta integrata settimanale ou CIS) permet d’utiliser tous les transports en commun dans Rome. Il est indispensable pour ceux qui restent au moins 4 jours.
Pour moins de 4 jours, il existe des billets valables autant de fois qu’on le veut. Soit pour une seule journée (biglietto giornaliero ou BIG), soit pour 3 jours (biglietto turistico integrato ou BTI).
Enfin, le billet normal (biglietto a tempo), valable 75 mn pour le bus. Il est limité à un seul trajet pour le métro et le train urbain.

Le bus et le tramway
L’autobus et le tramway fonctionnent dès 5 h 30 jusqu’à minuit. Après minuit, il faut prendre les bus de nuit.
En 2000, Rome a mis également en circulation de nouveaux bus et tramways, ce qui a entraîné la disparition ou la modification de nombreuses lignes. Les tickets de bus des réseaux urbains sont en vente dans les kiosques à journaux, les bureaux de tabac, certains distributeurs automatiques, ainsi que dans quelques magasins autorisés (signalés par un autocollant).
Attention, une fois dans le bus, il est impossible de trouver un titre de transport.
Pour les minibus électriques desservant le centre historique, et les lignes de tramway, des distributeurs automatiques de tickets équipent les arrêts.

Le métro
Il travers de part en part la ville. Il se compose de deux lignes. La A et la B. Elles se joignent à Termini.

Le scooter
Un peu cliché mais pratique. En Italie, il n’y a pas besoin de permis de conduire s’il s’agit d’un 50 cm3. En moyenne il faut compter 40 € la journée. Le port du casque est obligatoire ! Débutant s’abstenir…

La bicyclette
Il est possible de visiter Rome en vélo, néanmoins, il n’y a pas de pistes cyclables. Attention au slalom entre les voitures. Vous pouvez profiter des joies de la bicyclette dans les zones piétonnes de la ville.

Le taxi
Le taxi romain n’a pas une très bonne réputation. Prenez des taxis officiels qui sont jaune ou blanc, possédant des compteurs.

La voiture
En raison de certaines parties de la ville dont l’accès est restreint, la voiture est peu conseillée. En revanche pour partir découvrir les environs de Rome, la voiture est agréable !

Quelques conseils de conduite
Le panneau « STOP » n’est pas vraiment respecté. Faites en sorte de ne pas casser le rythme de la circulation. La priorité n’existe pas. « Tout n’est qu’une question de rapport de forces et de bon sens. Vous serez étonné du faible nombre d’accidents ou d’accrochages en ville. Le klaxon est souvent utilisé. » Le klaxon est plus un rite pour se saluer par exemple qu’un signe d’énervement.
Pour le stationnement, n’hésitez pas à utiliser les parkings officiels des sites. Cela est plus sûr pour votre voiture. Garez vous comme tout le monde, ne soignez pas forcément vos créneaux ! La police est tout de même sévère si vous vous garez en zone d’enlèvement : zona rimozione.

Les sites à voir

Le Forum

Le Forum est dans l’antiquité un lieu de commerces, de politique et un centre religieux. Il s’étend entre le Capitole et le Palatin. C’est sous la République qu’on assèche les marécages pour faire de ce lieu celui des rassemblements publics et du Sénat. La construction du Forum se déroule sur presque 900 ans. Puis le Forum accompagne et évolue les changements de Rome. Lors du déclin de l’Empire, le Forum voit ses temples et ses monuments tomber en ruines. Ces ruines font place au Campo Vaccino, camp des vaches, au Moyen-âge. Puis au c’est entre le XVIIIe et le XIXe siècle pour que commencent les fouilles archéologiques.
On entre dans le Forum par la via dei Fori Imperiali qui part du Colisée ou amphithéâtre Flavien. On trouve les monuments suivant : l’arc de Septime Sévère, le temple de Saturne, la maison des Vestales, le temple d’Antonin et Faustine et l’arc de Titus.

Le Palatin

Le Palatin est une des sept collines de Rome. Elle domine le Tibre. Ce lieu représente le berceau mythique de Rome. Des fouilles ont d’ailleurs mis au jour à cet endroit un village préhistorique. Au Palatin, les vestiges des églises médiévales et des jardins Renaissance donnent un charme et une romantique.
Le Palatin est le lieu de vie des riches romains depuis l’Antiquité. Auguste y passa toute sa vie. De ces belles demeures, est encore visible la maison de Livie. Livie est l’épouse d’Auguste. Cette maison est l’une des constructions les mieux conservées du site, avec les thermes de Septime Sévère. On peut également voir les restes du Circus Maximus.

Autres vestiges

Le Panthéon, temple dédié à tous les dieux est construit vers 27 avant J.-C. par Agrippa. Il semble être reconstruit vers 120 par Hadrien. Son imposante coupole offre un des aspects de la perfection architecturale de l’Antiquité romaine. Le maître Raphaël et le roi d’Italie Victor-Emmanuel II reposent en son sein.
Les quelques vestiges des thermes de Dioclétien, donnent peu la mesure du complexe immense d’environs 13 hectares à l’époque. Les thermes sont alors constitués de bains, de bibliothèques, de salons et de jardins, pouvant accueillir 3 000 personnes.
Vous pouvez également admirer d’autres vestiges comme Les thermes de Caracalla. Ils conservent une partie significative de l’impressionnante structure originelle. Ces thermes sont situés non loin de la via Appia. C’est la voie romaine deux fois millénaire qui relie Rome à Brindisi, au sud-est de l’Italie. Beaucoup de monuments bordent cette route, comme le cirque de Maxence et des sépultures de patriciens romains notamment la tombe de Cecilia Metella. Le long de la via Appia on trouve plusieurs catacombes, c’est-à-dire les premières nécropoles chrétiennes qui s’étendent sur des kilomètres de galeries souterraines.

Le Vatican

Enclave de Rome qui accueille le siège de l’Eglise catholique. Il s’agit d’un Etat indépendant.
La basilique Saint-Pierre. Elle est bâtie à l’origine en 315 par l’empereur Constantin, sur la tombe de saint Pierre. C’est le pape Nicolas V qui, au XVe siècle, fait rebâtir un édifice par l’architecte Alberti. Mais c’est vers 1506 que le pape Jules II fait construire la basilique que nous connaissons. C’est l’architecte Bramante qui en est le maître d’œuvre. La construction dure presque 150 ans. Les architectes Raphaël, Antonio da Sangallo, Michel-Ange, Giacomo della Porta et Carlo Maderno se succèdent. L’intérieur monumental de la basilique abrite de fabuleux chefs-d’œuvre la Pietà de Michel-Ange, le baldaquin baroque (colonnes torses) de 29 m de haut du Bernin qui abrite le maître-autel. A l’extérieur, la colonnade e hémicycle de la place Saint-Pierre est l’œuvre du sculpteur Le Bernin. L’aménagement, au XVIIe siècle de cette place permet l’accueil des chrétiens du monde entier. La colonnade est surmontée de statues représentant les saints. Un obélisque s’élève en son milieu.
La chapelle Sixtine est un édifice qui est incontournable. La voute est décorée de fresques de Michel-Ange représentant notamment la genèse, et le mur au fond de la chapelle est la fresque de Michel-Ange représentant le Jugement dernier.
Les chambres de Raphaël. Vous pouvez admirer les fresques du maître représentant par exemple, dans la chambre des Signatures, L’Ecole d’Athènes. Cette fresque met en scène les grands penseurs de l’histoire avec Platon (sous les traits de Léonard de Vinci), Aristote, Socrate, Diogène, Bramante, Épicure, Pythagore, Averroès, Héraclite (avec le visage de Michel-Ange), Euclide et Raphaël lui-même.

Le château Saint-Ange
A l’origine, cette construction circulaire abrite le mausolée d’Hadrien. Au VIe siècle cette bâtisse est reconvertie en forteresse pontificale. Son nom vient du pape Grégoire le Grand. Celui-ci, après avoir vu un ange au-dessus du bâtiment, lui annonçant l’épidémie de peste de Rome.
Le pont Saint-Ange enjambe le Tibre est d’abord bâti par Hadrien, puis reconstruit au milieu du XVe siècle. On réemploie certaines parties d’origine. Le Bernin y sculpte des anges de part et d’autre du tablier.

Le Capitole

Sur la colline du Capitole, on peut admirer la piazza del Campidoglio dessinée par Michel-Ange. Il y a également trois palais. Dont deux d’entre eux abritent le musée du Capitole.

Places et autres lieux « mythiques »
La place Navone (construite sur les ruines du stade Domitien) se compose de trois fontaines, dont la célèbre fontaine des Quatre Fleuves, encore une œuvre du célèbre sculpteur Le Bernin. Cette fontaine se compose de quatre statues représentant le Gange, le Nil, le Danube et le Rio de La Plata. Un obélisque égyptien surmonte le tout. Cette place est très animée.
N’oubliez pas la fontaine de Trevi… Cette fontaine est désormais associée à la belle Anita Ekberg et Marcello Mastroianni… La Dolce Vita, le film de Fellini qui immortalise un moment magique du cinéma et rend célèbre cette fontaine romaine. Si vous voulez revoir la ville éternelle, jetez une pièce dans cette fontaine.
La piazza Farnèse est dominée par un somptueux palais Renaissance, le palazzo Farnèse, siège de l’ambassade de France.

Faire un périple dans le cœur de la cité antique, se délecter de la Dolce Vita, Rome est une destination romantique, culturelle et passionnante. Avec Désirs2Rêves une escapade ou un séjour plus long est possible, alors n’hésitez plus !

Recherches populaires : Voyage incentive, Organisation voyage incentive, Pourquoi organiser un voyage incentive ?, Agence de voyage sur mesure, Agence de voyage, Contactez une agence pour un voyage sur mesure
Remonter